L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Visites

Les billets sur les visites d'Expositions, dans les musées et les galeries.

L'exposition est encore visible quand le billet est publié (parfois pas pour très longtemps...)

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 mars 2021

Le bonheur simple du Curry

Quoi de meilleur qu'un bon Curry pour se réchauffer par une belle, mais assez froide journée de fin d'hiver ?

Le Curry éveille nos sens, avec ses couleurs chaudes.

Il nous emmène sur la route des Indes, dans de vieux trains à vapeur, vers la blancheur du Taj Mahal.
Agra Fort Train Station, Uttar Pradesh, India, 1983 © Steve McCurry
Agra Fort Train Station, Uttar Pradesh, India, 1983
© Steve McCurry

Taj and Train. Agra, Uttar Pradesh, India, 1983. © Steve McCurry
Taj and Train. Agra, Uttar Pradesh, India, 1983
© Steve McCurry

Reflection of the Taj Mahal, Agra, Uttar Pradesh, India, 1999 © Steve McCurry
Reflection of the Taj Mahal, Agra, Uttar Pradesh, India, 1999
© Steve McCurry


Plus loin vers l'orient, existe aussi le Curry japonais, moins connu, mais tout aussi délicat et plus subtil.
Boat Covered in Snow in Sankei-en Gardens. Yokohama, Japan, 2014. © Steve McCurry
Boat Covered in Snow in Sankei-en Gardens. Yokohama, Japan, 2014
© Steve McCurry



samedi 12 décembre 2020

Koudelka de conscience

Je ne sais pas si je dois me réjouir ou en pleurer.

J'écris mon premier billet sur une exposition virtuelle.
J'aurais aimé me retrouver en face de ces immenses photographies de ruines, perdre mon regard dans ce noir et blanc majestueux qui nous emporte dans l'antiquité.
J'aurais pu effectuer cette visite jusqu'à hier, vendredi 11 décembre.
Pour rester dans l'euphémisme, nous dirons que la COVID 19 m'en aura empêché....

Alors j'ai envie de pleurer pour cette société sans culture publique, sans cinémas, musées, théâtres, concerts, et pendant trop de temps, sans librairies.

Mais je peux me réjouir, car je suis cerné par mes livres chéris, parce ce que j'ai dans le grenier de ma mémoire, toutes les peintures, les sculptures, les installations, les photographies, les dessins, les musiques et les images animées qui m'ont nourri.
Je me réjouis, car grâce à Internet, je peux continuer à découvrir le monde et ses artistes et voyager dans le temps et l'espace malgré ce maudit confinement.

Je peux me réjouir, car je suis un voyageur immobile infatigable.

Mais les musées me manquent, les rues de Paris, le petit restaurant avant ou après l'exposition, tout ce qui fait le sel d'habiter à quelques dizaines de minutes de Paris avec un ticket de bus (enfin, maintenant un Navigo Liberté +, une véritable invitation au voyage).

Je n'ai choisi qu'une photographie pour illustrer ma « visite ».
Pont du Gard (Remoulins) 2015, © Josef Koudelka/ Magnum Photos
Josef Koudelka, Pont du Gard (Remoulins) 2015
© Josef Koudelka/ Magnum Photos

Ce pont du Gard me rappelle nos vacances à Lussan, chez Huguette et Jean, en famille avec les enfants.
La chaleur du sud, les cigales qui cymbalisent, et cet aqueduc qui enjambe avec persévérance la vallée du Gardon depuis bientôt 2000 ans.

Les images de Koudelka sont splendides, ces ruines antiques sont majestueuses, mais ce sont des ruines, des restes, des résidus d'une grandeur passée et perdue.

Qui photographiera les ruines de notre civilisation moderne, seront-elles aussi belles et qui pourra les admirer ?

La visite virtuelle commence ici !


dimanche 8 novembre 2020

Dernière station avant l'autoroute

J'avais cette métaphore routière en tête en allant au Musée d'Art Moderne ce vendredi 30 octobre.

Dernières expositions avant le nouveau confinement.

Profiter une dernière fois d'une déambulation au milieu d'oeuvres d'art.

Découvrir un nouvel artiste, aimer, s'interroger, détester (rarement), être nourri.
Emporter des images, des émotions.

Le hasard, mais est-ce vraiment un hasard, a voulu que je découvre un chaman et un artisan un peu alchimiste .

Un chaman borgne, qui avait eu la vision de son énucléation 7 ans avant l'accident.
Victor Brauner, Autoportrait, 1931  MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / image Centre Pompidou, MNAM-CCI © Adagp, Paris 2020
Victor Brauner, Autoportrait, 1931
MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / image Centre Pompidou, MNAM-CCI © Adagp, Paris 2020

Victor Brauner, Le monde paisible, 1927 © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris
Victor Brauner, Le monde paisible, 1927
© Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris

Victor Brauner, Conglomeros, 1945
Victor Brauner, Conglomeros, 1945

Victor Brauner, Cérémonie, 1947 © VICTOR BRAUNER/ADAGP, PARIS, 2020/FONDS DE DOTATION JEAN-JACQUES LEBEL ET HOPI LEBEL/JEAN-LOUIS LOSI
Victor Brauner, Cérémonie, 1947
© VICTOR BRAUNER/ADAGP, PARIS, 2020/FONDS DE DOTATION JEAN-JACQUES LEBEL ET HOPI LEBEL/JEAN-LOUIS LOSI

Un chaman que j'avais en fait déjà rencontré...mais je l'avais oublié


Un artisan qui mêle les matériaux et les techniques, pour créer...de la matière à rever.
À la fois, la racine et le fruit, 1997-1998 © Hubert Duprat Photo © Claude Germain
À la fois, la racine et le fruit, 1997-1998
© Hubert Duprat Photo © Claude Germain

À la fois, la racine et le fruit, 1997-1998 © Hubert Duprat Photo © Philippe Chancel
À la fois, la racine et le fruit, 1997-1998
© Hubert Duprat Photo © Philippe Chancel

Jamais je n'ai eu autant envie de toucher des œuvres, de les palper, de les caresser, de les lire du bout des doigts.
Hubert Duprat, sans titre, 2008 200 000 magnetites © Hubert Duprat © ADAGP, Paris, 2020 Photo : F. Delpech
Hubert Duprat, sans titre, 2008 200 000 magnetites
© Hubert Duprat © ADAGP, Paris, 2020 Photo : F. Delpech

Hubert Duprat, Sans titre (détail), 2011, Dés, ulexites Courtesy Art : Concept, Paris © ADAGP, Paris, 2020 Photo : F. Gousset
Hubert Duprat, Sans titre (détail), 2011, Dés, ulexites
Courtesy Art : Concept, Paris © ADAGP, Paris, 2020 Photo : F. Gousset





- page 1 de 72