L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - André Kertész

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 10 mai 2015

Pas de réponse !

À vrai dire, je ne pensais pas vraiment avoir La Réponse, avec un Grand R, en descendant dans la Galerie de Photographies.
Je ne pensais pas non plus que les réponses seraient elle même des photographies.

Cette « petite » exposition, savante comme les réussit avec bonheur le Centre Pompidou, propose, avec l'aide d'une trentaine d'artistes, quelques réponses, sur un médium qui ne cesse d'évoluer depuis sa naissance, il y a plus de 175 ans.

Regroupé en huit catégories, « Des envies », « Un matériau », « Des principes », « Une Praxis » (plus 15 points pour l'inclusion de ce mot d’origine grecque dans mon blog!), « Une Alchimie », « Un Écart », « Des Ressources » et « Des Vérifications », chaque cliché est une parmi des réponses possibles.

Certaines semblent assez évidentes, comme le « Théatre d'ombres » de Kertesz, où l'ombre dessine, avec la lumière, le photographe et son appareil.
André Kertesz (1894 - 1985)  Autoportrait 1927 © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © RMN-GP
André Kertesz (1894 - 1985) Autoportrait 1927
© Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© RMN-GP

D'autres interrogent la technicité de la photographie, comme Ugo Mulas, qui illustre les conséquences de la focale de l'objectif sur le rendu du sujet.
Ugo Mulas (1928 - 1973)  Gli obiettivi. A Davide Mosconi, fotografo  (Le Verifiche, Les objectifs. A David Mosconi, photographe, Verifica 8)© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © droits réservés
Ugo Mulas (1928 - 1973) Gli obiettivi. A Davide Mosconi, fotografo (Le Verifiche, Les objectifs. A David Mosconi, photographe, Verifica 8)
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© droits réservés

Le lecteur attentif remarquera alors que l'objectif trahit son propre nom puisqu'il procure une image subjective de la réalité !

Les plus surprenantes lient la photographie à la matière, comme l'antique support de la gélatine qui emprisonne le grain illuminé et révélé.
James Welling Gelatin Photograph 45 1984 © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © James Welling
James Welling Gelatin Photograph 45 1984
© Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© James Welling

Réponses datées, historiques et proche de la disparition avec une photographie qui ne devient plus qu'une série de 0 et de 1 dans un flux de données depuis l'avènement du numérique.


jeudi 11 août 2011

Corps à Corps


Dans les deux images, une femme et une statue.

Deux corps qui se répondent par leurs postures contrastées.
Au buste assez sage s'oppose, sur un divan, une danseuse satirique dans une étrange contorsion.
Sur l'herbe, une femme est alanguie dans la chaleur de l'été devant la tumultueuse "Rivière" de Maillol.
Les mouvements sont tantôt ceux de la statue, tantôt ceux de l'être animé.

Pour les deux photographes, le dialogue entre le vivant et l'inanimé a été le déclencheur.
Déclenchement réfléchi et construit pour le grand André Kertész, puisque sa danseuse satirique existe aussi dans une autre posture, sur le même divan.
Déclenchement instinctif pour moi, la résonance des corps s'imposant dans un de ces merveilleux instants décisifs, si chers à Henri Cartier Bresson.


Danseuse Satirique, 1926, Bibliothèque nationale de France
Magda, Danseuse Satirique, 1926, André Kertész
Bibliothèque nationale de France


La Dormeuse et La Rivière / The Sleeper and The River

La dormeuse et la Rivière, 2008, Le Photo Flaneur


lundi 25 avril 2011

Sur la lecture


Quel plaisir de retrouver André Kertész au Château de Tours, après la grande rétrospective de cet hiver, à Paris !

Sur la route des vacances, j'ai donc visité l'exposition, toujours proposée par le Jeu de Paume, mais "hors les murs", ayant pour thème la lecture.

Activité singulière à photographier, car très intime et individuelle.

Activité chère à André Kertész, car elle investit ses clichés durant toute sa vie, depuis ses débuts en Hongrie dans les années 1910, jusqu'à la fin des années 60.

Si importante à ses yeux, que le photographe publie, en 1971, un petit ouvrage "On Reading" (à New York, chez Grossman, et en France sous le titre "Lectures", aux éditions du Chêne ), contenant une soixante d'images sur la lecture, sans texte d'accompagnement .
Cet ouvrage est à l'origine de l'exposition du Château de Tours, avec des tirages réalisés en 1998 à partir du fonds de négatifs légué par Kertész à l’État français.

Fils de libraire, amateur de littérature, André Kertész a construit, au fil des ans, sa petite encyclopédie illustrée de la lecture.

Il surprend des lecteurs de tout age, du crépuscule de la vie, comme la lectrice assise dans un lit, aux hospices de Beaune, en 1929, en passant par l'age adulte et dès l'enfance.



Enfants lisant, Esztergom, Hungary, 1915, André Kertész
Enfants lisant, Esztergom
Hongrie, 1915, André Kertész

Il surprend aussi des lecteurs dans toutes les situations, dans des bibliothèques bien évidemment, mais aussi dans la rue ou en pleine nature.

Homme lisant sur une échelle, André Kertész
Homme lisant sur une échelle, André Kertész

Enfant lisant des bandes dessinées dans une rue de New York 12 octobre 1944, André Kertész
Enfant lisant des bandes dessinées dans une rue
New York 12 octobre 1944, André Kertész

Au delà de l'acte de lecture, son œil attentif capture aussi les situations les plus inattendues.

Paris, 1931, André Kertész
Paris, 1931, André Kertész

Enfin, comme dans toute son œuvre, la géométrie et la composition sont parfaitement maitrisées.

Pont des Arts, Paris, 1963, André Kertész
Pont des Arts, Paris, 1963, André Kertész

Flâneur attentif, André Kertész nous fait partager l'intime solitude du lecteur, l'univers protecteur qui l'entoure.

je crois aussi que cette belle exposition nous rappelle la parenté de la lecture et de la photographie.
La photographie est l'écriture avec la lumière, et une écriture appelle naturellement une lecture.
Ensuite, l'une comme l'autre sont d'abord des actes individuels, voire égoïstes,
Mais l'une comme l'autre appellent aussi le partage, du texte d'une part, de l'image de l'autre, pour se réaliser pleinement.


- page 1 de 2