L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Fondation Mona Bismarck

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 30 janvier 2011

Pureté de la Ligne

Henri Matisse fut le précurseur du Fauvisme.
Son nom est donc associé aux couleurs, dans la palette la plus crue, la plus extrême de la peinture moderne.

Et pourtant, l'artiste, fut, tout au long de sa vie, un graveur accompli, usant de tous les procédés, dans une quête sans cesse renouvelée, de la ligne pure.

La très belle exposition de la Fondation Mona Bismarck nous permet, en une centaine de gravures, de découvrir cette œuvre considérable (près de 900 estampes et 80 livres illustrés).

Lithographie, Eau forte, Gravure sur bois, Aquatinte, Linogravure, l'artiste semble avoir appris toutes les langues de la gravure pour mieux réciter ses poèmes graphiques.

Il dialogue ainsi avec ses œuvres peintes, libéré de la couleur, dans une rigoureuse ascèse chromatique.

Ses sujets sont encore et toujours la femme et le nu, ainsi que le portrait, mais souvent portés aux limites de l'abstraction, pour mieux en exprimer l'essence.

Quelques traits délicats, et un portrait apparait, à peine révélé par la morsure du mordant.

Loulou, le Regard Absent, Henri Matisse, 1914-15
Loulou, le Regard Absent, Henri Matisse, 1914-15
Eau forte

Un nu d'une grande sensualité, souligné par un trait charnu et fluide.

Nu à genoux, les bras derrière la tête, Henri Matisse, 1930
Nu à genoux, les bras derrière la tête, Henri Matisse, 1930
Eau forte

Avec la linogravure, Matisse profite du trait lumineux pour servir l'abstraction et la courbe.

nu dans les ondes, Henri Matisse, 1938
nu dans les ondes, Henri Matisse, 1938
Linogravure

Nu au bracelet, Henri Matisse, 1940
Nu au bracelet, Henri Matisse, 1940
Linogravure

"Toute sa vie l'on doit être un enfant", disait Matisse à un ami.
Nadia Masque Souriant, Henri Matisse, 1948
Nadia Masque Souriant, Henri Matisse, 1948
Aquatinte

Enfin comment ne pas penser que Matisse avait atteint son but d'un art d'équilibre, de pureté, de tranquillité, quand il réalisa la décoration de la Chapelle de Vence, consacré à St Dominique ?

Etude pour St Dominique, Henri Matisse, 1950-51
Étude pour St Dominique, Henri Matisse, 1950-51
Lithographie

« Il s’agit d’apprendre et de réapprendre une écriture qui est celle des lignes. », disait Matisse.
Allez vite voir les travaux de l'élève Henri.



vendredi 12 novembre 2010

"Made In Chicago" à Paris, un jour de pluie...

Il était temps !

Dernier jour de l'exposition "Made In Chicago" à la Fondation Mona Bismarck, ce samedi 6 Novembre, pluvieux à souhait, se prêtait à une visite de la dernière chance.

Dans un bel hôtel particulier, l'exposition est feutrée, avec de nombreux visiteurs.

L'accrochage est élégant et les photographies bien mises en valeur, avec de conséquentes notes biographiques sur les artistes.

Je retrouve avec plaisir Harry Callahan, actuellement exposé à la Fondation Henri Cartier Bresson, des maitres connus comme László Moholy ou Robert Frank.

Je découvre aussi d'autres artistes (merci à mes lacunes !), dont Arthur Siegel, avec son "Dry Cleaners" qui me fascine par sa densité


Dry Cleaners, Arthur Siegel, 1946, from the portfolio "In Chicago", Museum of Contemporary Photography (MoCP)

Une splendide exposition.

Vous me direz "Belle exposition, mais terminée !".

C'est vrai, alors, il vous reste la Fondation Henri Cartier Bresson pour Harry Callahan jusqu'au 19 décembre (n'attendez pas le dernier jour....) et le site du Museum of Contemporary Photography (MoCP) pour découvrir les photos d'Arthur Siegel et d'autres artistes.