L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Jeu de Paume

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 12 mai 2019

Le géomètre

Dire que ce billet a failli ne jamais exister !
Il a fallu un post Facebook de ma fidèle accompagnatrice, dans la vie et les expositions, Mme L'Oeil Curieux, pour me rappeler que la rétrospective de Luigi Ghirri se terminait début juin.
Fine connaisseuse de mon goût pour la couleur, elle m'a appâté avec cet arc en ciel jaillissant du noir le plus obscur.
Luigi Ghirri, Haarlem, Pays-Bas, 1973 (série Vedute).
Luigi Ghirri, Haarlem, Pays-Bas, 1973 (série Vedute)

« Grazie Mille cara Chiara » répondis je dans un accès soudain d'Italien.
Oui, mille mercis pour cette exploration du géomètre de Scandiano et sa cartographie de l'Italie et du monde.
Mille merci pour ses cadrages, ses couleurs et ses séries hypnotiques.

Mille mercis pour son envers du décor, improbable et monochrome paysage,
Luigi Ghirri, Modène, 1978 (série Il paese dei balocchi).
Luigi Ghirri, Modène, 1978 (série Il paese dei balocchi).

Mille mercis pour son pompiste, observé in vitro,
Luigi Ghirri, Modène, 1973
Luigi Ghirri, Modène, 1973

Mille mercis pour ces gris qui se répondent, modestes et cependant émouvants,
Luigi Ghirri, Ile Rousse, 1976 (série Kodachrome)
Luigi Ghirri, Ile Rousse 1976 (série Kodachrome)

Mille mercis pour cette géométrie, ce cadrage au cordeau,
Luigi Ghirri, Modena, 1973
Luigi Ghirri, Modena, 1973

Dix mille mercis pour ces marins qui résonnent avec mon chocolatier,
Luigi Ghirri, Brest, 1972
Luigi Ghirri, Brest, 1972

L'Atelier du Chocolat / The Chocolate Workshop

L'Oeil Curieux, Paris, 2010

et des mercis à l'infini pour ce bleu azur, si pur et si bien nommé.

Luigi Ghirri, Rimini, 1977
Luigi Ghirri, Rimini, 1977

Grazie Mille cara Chiara
Grazie Mille caro Luigi


dimanche 28 avril 2019

L'autre 11 septembre

Les images répétées à l'infini de l'attentat du World Trade Center du 11 septembre 2001 ont occulté un autre 11 septembre.
Le 11 septembre 1973, le putsch du Général Pinochet renversait le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende.

Alors vint le temps des arrestations arbitraires, de la torture et des disparitions, des autodafés organisés par les militaires et des stades détournés de leur vocation sportive....
Koen Wessing, jeune photographe néerlandais, a été le témoin de cette destruction de la démocratie.
Ses images sont d'autant plus fortes qu'elles ne montrent pas frontalement la violence et la répression, mais sa mise en place et l'irruption des militaires dans le quotidien des Chiliens.
Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Plus tard, il couvrit le Nicaragua et le Salvador, photographiant avec une humanité toujours présente la violence politique et ses victimes.

Mais il restera à tout jamais le témoin de ce premier 11 septembre tragique : Koen Wessing :Septembre 1973, Montage Vidéo sur 3 écrans




dimanche 16 septembre 2018

Dernière Chance pour l'anarchitecture

Je ne peux oublier ce cône !
Comme si un laser avait découpé les bâtisses anciennes, évaporant les murs, les cloisons et les planchers.
Comme si le regard traversait le temps, que le passant de 1975 découvrait le futur en marche, ce « Centre Pompidou » en devenir, à la déconcertante structure métallique, à travers les ruines de bâtiments jumeaux du XVIIe siècle.

Vous pensez que je suis fou, parce que tout cela n'existe plus ?

Mais il y a des traces, des preuves.
Regardez ce plan, tout était déjà tracé.
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect Gordon Matta-Clark - Conical Intersect

Des photographies.
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect Crédit photographique : © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect
Crédit photographique : © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris

Des films.



Alors, pas de laser ni de déchirure dans la trame de l’espace-temps, mais des masses, des burins, ces scies, de l'huile de coude et de la sueur et l'architecte devenu anarchitecte, Gordon Matta-Clark et son équipe.
Une expérience inoubliable entre la performance, le street art, la sculpture et l'installation éphémère.

Le reste de l'exposition est au diapason de ce coup de foudre pour un cône, avec la découverte d'un artiste détonnant et étonnant, précurseur qui jonglait avec la matière et les techniques.

À voir absolument.

Si un petit dictateur sommeillait en moi, ça ne serait pas un conseil, mais un ordre !


- page 1 de 7