L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dernière chance

Le très bref billet de la dernière chance pour une exposition notée 2 ou 3 yeux 

    ou  

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 14 octobre 2018

J'ai vu la perfection

Mais l'Oeil Curieux est un pervers sadique !

Il publie des billets quand il a le temps et il ne trouve rien de mieux à faire qu'écrire sur une extraordinaire exposition le jour de sa fermeture.
Il faudrait enfermer ce pathétique psychopathe.

Restez positif, fidèles lectrices et lecteurs.
D'abord, si vous lisez ce billet avant ce dimanche 14 octobre 20 heures, vous pouvez encore faire une longue queue avant d'accéder à la perfection.
Ensuite, si vous ratez cette exposition, peut être aurez vous l'occasion, dans le futur, d'admirer ces merveilles à Tokyo ou ailleurs.
Nous nous y rencontrerons sans doute, car si l'occasion se présente, j'irais voir à nouveau la neige, les coquillages sur la plage et ce bébé poulpe tendrement ventousé sur un tentacule accueillant.

Ito Jakuchu Canards mandarins dans la neige, 1759, Tokyo, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan), Agence de la Maison impériale
Itō Jakuchū, Canards mandarins dans la neige, 1759
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan)
Agence de la Maison impériale

Ito Jakuchu, Coquilles, 1761-1765, Tokyo, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan), Agence de la Maison impériale
Itō Jakuchū, Coquilles, 1761-1765
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan)
Agence de la Maison impériale

Itō Jakuchū. Poissons, 1765-1766. Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru Shōzōkan). Agence de la Maison impériale.
Itō Jakuchū, Poissons, 1765-1766
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru Shōzōkan)
Agence de la Maison impériale


dimanche 30 septembre 2018

Pour Londres ? Descendez à Champs Élysées Clemenceau !

Oubliez l'Eurostar ! Un simple ticket de métro suffit.
Il n'est pas nécessaire non plus de fuir le Siège de Paris ou la Semaine Sanglante, mais simplement d'apprécier les impressionnistes en particulier et l'art en général.

Londres, sa Tamise, ses parcs et son brouillard (Asterix: Il y a souvent du brouillard comme ça, chez vous ? Jolitorax: Bonté, non ! Seulement quand il ne pleut pas) s’offrent à vous au Petit Palais, à travers les regards de Claude Monet, Camille Pissarro, Gustave Doré, André Derain, James Abbott McNeill Whistler et bien d'autres.
James Abbott McNeill Whistler, Nocturne en bleu et argent : les lumières de Cremorne, 1872 © Tate 2017. Photo : Joe Humphrys
James Abbott McNeill Whistler, Nocturne en bleu et argent : les lumières de Cremorne, 1872
© Tate 2017. Photo : Joe Humphrys

Gustave Doré Londres, vue prise d'un chemin de fer par-dessus les toits  Bibliothèque nationale de France
Gustave Doré Londres, vue prise d'un chemin de fer par-dessus les toits
Bibliothèque nationale de France

Claude Monet Londres, le Parlement. Trouée de soleil dans le brouillard 1904 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Claude Monet Londres, le Parlement. Trouée de soleil dans le brouillard 1904
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Camille Pissarro Kew Green 1892 © Musée des Beaux-Arts de Lyon
Camille Pissarro Kew Green 1892
© Musée des Beaux-Arts de Lyon

André Derain Big Ben, 1906 / Laurent Lecat/Adagp, Paris 2017
André Derain Big Ben, 1906
Laurent Lecat/Adagp, Paris 2017

Finalement, métropolitain parisien ou Eurostar, il faut sortir toujours d'un tunnel pour voir la lumière.


dimanche 16 septembre 2018

Dernière Chance pour l'anarchitecture

Je ne peux oublier ce cône !
Comme si un laser avait découpé les bâtisses anciennes, évaporant les murs, les cloisons et les planchers.
Comme si le regard traversait le temps, que le passant de 1975 découvrait le futur en marche, ce « Centre Pompidou » en devenir, à la déconcertante structure métallique, à travers les ruines de bâtiments jumeaux du XVIIe siècle.

Vous pensez que je suis fou, parce que tout cela n'existe plus ?

Mais il y a des traces, des preuves.
Regardez ce plan, tout était déjà tracé.
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect Gordon Matta-Clark - Conical Intersect

Des photographies.
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect Crédit photographique : © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris
Gordon Matta-Clark - Conical Intersect
Crédit photographique : © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris

Des films.



Alors, pas de laser ni de déchirure dans la trame de l’espace-temps, mais des masses, des burins, ces scies, de l'huile de coude et de la sueur et l'architecte devenu anarchitecte, Gordon Matta-Clark et son équipe.
Une expérience inoubliable entre la performance, le street art, la sculpture et l'installation éphémère.

Le reste de l'exposition est au diapason de ce coup de foudre pour un cône, avec la découverte d'un artiste détonnant et étonnant, précurseur qui jonglait avec la matière et les techniques.

À voir absolument.

Si un petit dictateur sommeillait en moi, ça ne serait pas un conseil, mais un ordre !


- page 1 de 3