L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dernière chance

Le très bref billet de la dernière chance pour une exposition notée 2 ou 3 yeux 

    ou  

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 28 avril 2019

L'autre 11 septembre

Les images répétées à l'infini de l'attentat du World Trade Center du 11 septembre 2001 ont occulté un autre 11 septembre.
Le 11 septembre 1973, le putsch du Général Pinochet renversait le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende.

Alors vint le temps des arrestations arbitraires, de la torture et des disparitions, des autodafés organisés par les militaires et des stades détournés de leur vocation sportive....
Koen Wessing, jeune photographe néerlandais, a été le témoin de cette destruction de la démocratie.
Ses images sont d'autant plus fortes qu'elles ne montrent pas frontalement la violence et la répression, mais sa mise en place et l'irruption des militaires dans le quotidien des Chiliens.
Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Chili septembre 1973 Koen Wessing © Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas
Chili septembre 1973 Koen Wessing
© Koen Wessing / Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas

Plus tard, il couvrit le Nicaragua et le Salvador, photographiant avec une humanité toujours présente la violence politique et ses victimes.

Mais il restera à tout jamais le témoin de ce premier 11 septembre tragique : Koen Wessing :Septembre 1973, Montage Vidéo sur 3 écrans




Gio Ponti illico presto

Décidément la Nef du musée des Arts Décoratifs est le berceau de splendides expositions sur le design italien.
Après Piero Fornasetti, voici Gio Ponti.

Autant le dire d'emblée, ce genre d'individu m'exaspère au plus haut point !
Signor Ponti excellait dans tous les domaines, architecture, mais aussi design, des couverts aux meubles, en passant par les luminaires, la vaisselle, les objets décoratifs et tutti quanti.
Même ses courriers étaient de petites oeuvres d'art.
Lettre de Gio Ponti à Ilaria Borletti
Lettre de Gio Ponti à Ilaria Borletti


Mais passée l'exaspération née de ma propre pauvreté artistique, je me délecte
d'une machine à café belle comme un rêve chromé
Gio Ponti, Machine à expresso La Pavoni, 1948.
Gio Ponti, Machine à expresso La Pavoni, 1948

d'une théière d'où sortirait sans doute un génie (sans bouillir, car c'est mauvais pour le thé) si on la frottait
Gio Ponti, Théière Aero, 1957, Christofle, Paris. ©Fonds Christofle
Gio Ponti, Théière Aero, 1957, Christofle, Paris. ©Fonds Christofle

et d'un poisson qui sera à l'aise sur votre table comme un poisson dans l'eau, mais hors de l'eau.
Gio Ponti- Paolo De Poli, Poisson
Gio Ponti- Paolo De Poli, Poisson


dimanche 14 octobre 2018

J'ai vu la perfection

Mais l'Oeil Curieux est un pervers sadique !

Il publie des billets quand il a le temps et il ne trouve rien de mieux à faire qu'écrire sur une extraordinaire exposition le jour de sa fermeture.
Il faudrait enfermer ce pathétique psychopathe.

Restez positif, fidèles lectrices et lecteurs.
D'abord, si vous lisez ce billet avant ce dimanche 14 octobre 20 heures, vous pouvez encore faire une longue queue avant d'accéder à la perfection.
Ensuite, si vous ratez cette exposition, peut être aurez vous l'occasion, dans le futur, d'admirer ces merveilles à Tokyo ou ailleurs.
Nous nous y rencontrerons sans doute, car si l'occasion se présente, j'irais voir à nouveau la neige, les coquillages sur la plage et ce bébé poulpe tendrement ventousé sur un tentacule accueillant.

Ito Jakuchu Canards mandarins dans la neige, 1759, Tokyo, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan), Agence de la Maison impériale
Itō Jakuchū, Canards mandarins dans la neige, 1759
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan)
Agence de la Maison impériale

Ito Jakuchu, Coquilles, 1761-1765, Tokyo, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan), Agence de la Maison impériale
Itō Jakuchū, Coquilles, 1761-1765
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru ShozoKan)
Agence de la Maison impériale

Itō Jakuchū. Poissons, 1765-1766. Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru Shōzōkan). Agence de la Maison impériale.
Itō Jakuchū, Poissons, 1765-1766
Tōkyō, Musée des collections impériales (Sannomaru Shōzōkan)
Agence de la Maison impériale


- page 1 de 4