L'oeil curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 3 août 2014

Von Paris nach Berlin

Il y a un siècle, des Bavarois se proposaient d'arriver à Paris.
Aucun n'y parvint et sans doute beaucoup d'entre eux moururent loin de chez eux, en terre étrangère.
L'accueil des Français fut plutôt réservé vis-à-vis de ces visiteurs d'outre-Rhin...
Nach Paris

En juillet 2014, « das neugierig auge » (L'Oeil curieux, dans la langue de Goethe) aurait pu écrire « Von Paris nach Berlin » sur la carlingue de l'Airbus de la Lufthansa.
L'accueil des Berlinois fut très agréable.

Et les temps sombres sont bien révolus.



Berlin est une ville facile à vivre, reposante, avec une offre culturelle diverse et de qualité.
Une destination de rêve pour l'Oeil Curieux.

À tout seigneur, tout honneur, je commence par l'exposition sur les années d'enseignement de Kandisky au Bauhaus.
Titulaire du poste de maître des formes à l’atelier de peinture murale, mais aussi proposant un cours sur les formes et un autre sur le « dessin analytique », Kandisky passait beaucoup de temps à préparer ses cours.
Il est passionnant de découvrir avec les exercices réalisés par les élèves, comment l'artiste enseignant transmettait sa conception des correspondances des couleurs et des formes.
Monica Ullmann-Broner, "distribution of colours in the wheel", study from Kandinsky’s course, 1931  / Bauhaus-Archiv Berlin, Foto: Markus Hawlik
Monica Ullmann-Broner, "distribution of colours in the wheel"
study from Kandinsky’s course, 1931
Bauhaus-Archiv Berlin, Foto: Markus Hawlik

Outre ce matériel pédagogique sont présentées les œuvres réalisées durant ces années passées en Allemagne.
Vassily Kandinsky, "Joyous Ascent" (Fröhlicher Aufstieg), 1923  / Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Markus Hawlik /  © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn
Vassily Kandinsky, "Joyous Ascent" (Fröhlicher Aufstieg), 1923
Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Markus Hawlik
© VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn

Comme cette splendide pièce, réalisée pour un portfolio offert par les enseignants au fondateur et directeur du Bauhaus, Walter Gropius, pour son 41e anniversaire.
Chaque artiste avait réinterprété une photographie avec sa grammaire graphique.
Vassily Kandinsky, Untitled (from the portfolio for Walter Gropius), 1924 / Bauhaus-Archiv Berlin © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn
Vassily Kandinsky, Untitled (from the portfolio for Walter Gropius), 1924
Bauhaus-Archiv Berlin © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn

Pour ne rien vous cacher, je n'avais pas en tête cette exposition temporaire en allant au Bauhaus-Archiv.
Je voulais m'immerger dans cette école qui, en quatorze années, a profondément marqué le vingtième siècle, et trouve encore écho de nos jours.
L'exposition permanente a été un enchantement, avec des merveilles en architecture, peinture, sculpture, travail du métal et ameublement.
Lucia Moholy (photograph), Walter Gropius (architecture), Bauhaus building in Dessau: workshop building from the north-west, 1926 / Bauhaus-Archiv Berlin
Lucia Moholy (photograph), Walter Gropius (architecture)
Bauhaus building in Dessau: workshop building from the north-west, 1926
Bauhaus-Archiv Berlin

László Moholy-Nagy, Untitled (from the portfolio for Walter Gropius), 1924 / Bauhaus-Archiv Berlin, © VG Bild-Kunst Bonn © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn
László Moholy-Nagy, Untitled (from the portfolio for Walter Gropius), 1924 Bauhaus-Archiv Berlin, © VG Bild-Kunst Bonn © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn

Oskar Schlemmer, „Architectural sculpture R”, 1919 / Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Gunter Lepkowski
Oskar Schlemmer, „Architectural sculpture R”, 1919
Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Gunter Lepkowski

Marianne Brandt, Tea infuser (MT 49), 1924 / Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Gunter Lepkowski © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn
Marianne Brandt, Tea infuser (MT 49), 1924
Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Gunter Lepkowski
© VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn

Josef Hartwig, Bauhaus chess set (Model VII), 1923/24 / Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Fotostudio Bartsch © VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn
Josef Hartwig, Bauhaus chess set (Model VII), 1923/24
Bauhaus-Archiv Berlin, photo: Fotostudio Bartsch
© VG Bild-Kunst (Royalties Collection Society), Bonn

Marcel Breuer, Tubular steel armchair, design 1925-26 / Bauhaus-Archiv Berlin, Photo: Fotostudio Bartsch
Marcel Breuer, Tubular steel armchair, design 1925-26
Bauhaus-Archiv Berlin, Photo: Fotostudio Bartsch

Et je ne vous parle pas de la céramique, de la photographie, du textile, du théâtre ou de la typographie...

Bauhaus-Archiv Museum für Gestaltung, une adresse incontournable !

D'un Gropius à l'autre, direction le Martin-Gropius-Bau, bâtiment réalisé par le grand-oncle du fondateur du Bauhaus, pour une belle rétrospective sur Walter Evans.

Plus de 200 clichés nous emmènent dans l’œuvre d'une vie.
Connu pour son travail, durant les années 30, sur les métayers pauvres du sud des États-Unis, Evans n'est pas que le photographe de la misère.
Allie Mae Burroughs, Hale County, Alabama Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
Allie Mae Burroughs, Hale County, Alabama Walker Evans
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Plus méconnues (enfin de moi...), ses images de fleurs, de statues africaines et d'outils révèlent son amour des formes.
Gladiola, Darien, Connecticut Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
Gladiola, Darien, Connecticut Walker Evans
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Ancestral Figure, Head (Profile), Gabon Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
Ancestral Figure, Head (Profile), Gabon
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Crate Opener Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
Crate Opener Walker Evans
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Lors d'un voyage à Tahiti, la beauté des Polynésiens séduit le portraitiste.
South Seas: Male Portrait Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
South Seas: Male Portrait Walker Evans
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

South Seas: Woman Wearing Sarong Walker Evans © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
South Seas: Woman Wearing Sarong Walker Evans
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Et il capture cette rencontre incongrue à Cuba.
Statue and Outdoor Faucet in Courtyard, Havana © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art
Statue and Outdoor Faucet in Courtyard, Havana
© Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

En sortant du Martin-Gropius-Bau, le visiteur a rendez-vous avec l'histoire.
Et quels rendez-vous !

Avec la guerre froide et ce tronçon du Mur qui borde la Niederkirchnerstraße.

Et derrière ce mur, sur les lieux mêmes ou se trouvaient les institutions centrales de terreur et de persécution du régime Nazi : les bureaux de la Gestapo et sa prison, la Direction des SS et le Bureau Principal de la Sécurité du Reich, le visiteur découvre la topographie de la Terreur (Topographie des Terrors) , comme se nomme ce remarquable lieu d'exposition.
Une plongée glaçante dans un système conçu méthodiquement pour éliminer d'abord l'ennemi intérieur, puis, après le déclenchement de la guerre, l'ennemi extérieur.
Les textes et les images ne cachent rien, depuis la mise en place en Allemagne dès la prise du pouvoir par Hitler, en passant par les actions durant le conflit mondial, dans les territoires occupés, pour finir avec les procès d'après guerre, peu nombreux finalement.
Un regard lucide de l’Allemagne sur son passé, une exposition à ne pas manquer.

Si l'Oeil Curieux dévore les évènements culturels, il est aussi avide de nourritures plus terrestres.
En exclusivité, voici donc le menu du 30 juillet 2014.
Diète Berlinoise

Les experts en gastronomie germanique auront reconnu une Bratwurst grillée avec sa Kartoffelsalat, arrosés, comme il se doit à Berlin, d'une Berliner Kindl Weisse mit Schuss (Bière blanche avec un trait de sirop d'aspérule).

Tschüss !



dimanche 27 juillet 2014

Le Street Art dans son fauteuil

En théorie, le Street Art, comme son nom l'indique, se découvre dans la rue.
Mais en admettant que vous avez une excuse valable pour ne pas être dans la rue, je vous propose de découvrir le Street Art depuis votre fauteuil, devant votre écran.

Un webdocumentaire qui vous emmène de New York à Sao Paulo.

Le méchant ogre Google avec son institut culturel.

Les Magasins généraux de Pantin, dont je vous avais parlé dans "C'est Samedi. Allons aux magasins"

Un blog copieux, pour les longues soirées d'hiver.

mercredi 23 juillet 2014

Achetez vous un Keith Haring

Il va falloir patienter jusqu'au 22 septembre pour acheter VOTRE Keith Haring.
Mais ce délai vous permettra d'économiser les 2,65 € nécessaires à cet achat.

Après les boites à lettres vendues pour la restauration de la fresque de l’hôpital Necker (rénovation qui devrait être achevée en 2015), la poste rend hommage à l'artiste avec une vignette dentelée.

haringtimbre.jpeg

Alors en septembre, à vous le Keith Haring, que dans un geste d'une grande générosité, vous pourrez même offrir à vos amis !


- page 1 de 79