L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Bibliothèque Nationale de France

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 juin 2018

Des icônes, une icône

Il est resté coincé dans l'espace-temps, l'Oeil curieux ?
Encore du Mai 68 alors que juin 2018 vit ces derniers jours ?

Ce n’est qu'un début, continuons les visites !
Voici ma réponse aux petits bourgeois réactionnaires, complices serviles du grand capital et autres laquais de l'impérialisme yankee.

Plus sérieusement, deux expositions, très différentes dans la forme et le propos, nous offrent la possibilité de regarder Mai 68 autrement.

Après votre visite à la BNF, vous ne regarderez plus jamais quelques-unes des images les plus emblématiques de mai 68 de la même façon.

Par exemple, le célèbre portrait de Cohn-Bendit  par Gilles Caron est tellement présent dans mon esprit que lors de ma visite aux Beaux Arts, j'ai d'abord pensé que l'affiche "Nous sommes tous des indésirables" avait été faite d'après le cliché de Caron.







Alors qu'il s'agit d'une photographie de Jacques Haillot, prise très probablement le même jour.

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS. Photo : Jacques Haillot
Cohn-Bendit face à un CRS. Photo : Jacques Haillot

Mais, a posteriori, le portrait par Caron est devenu LE portrait symbolique, et l'exposition vous permettra de bien comprendre ce phénomène.

Très pertinente, elle vous révélera aussi pourquoi Mai 68 est vu le plus souvent en Noir & Blanc, alors que la couleur était déjà couramment utilisée dans les grands magazines d’information et pourquoi la première « nuit des barricades » (du 10 au 11 mai) n'est pas illustrée par une image symbolique.
Elle est aussi une bonne occasion de revoir ou de découvrir plein d'images de mai 68 et pour un aficionado du photojournalisme, c'est un vrai régal, avec beaucoup de Gilles Caron.
Gilles Caron Etudiant pourchassé par un CRS, rue du Vieux Colombier, Paris, nuit du 6 mai 68
Gilles Caron
Etudiant pourchassé par un CRS, rue du Vieux Colombier, Paris, nuit du 6 mai 68
© Gilles Caron / Fondation Gilles Caron
Crédit photographique : © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© SAIF

Et pour assouvir la Caronite aiguë, mal dont je suis personnellement affecté depuis plus d'une quarantaine d'années, il y a l'exposition à l’hôtel de ville de Paris.
100 % Caron, elle couvre une année de travail du photographe, l'année 68.
Il y a beaucoup d'images moins connues de sa couverture des évènements de mai, mais aussi ses travaux à l'international et une très belle série de portraits du général de Gaulle.
Une excellente façon d'assouvir une addiction photographique.



vendredi 9 février 2018

Un petit parfum de mort

J'ai senti comme un petit parfum de mort dans l'Allée Julien Cain.
Les lauréats de la Bourse du Talent 2017 ont déposé un voile de cendres sur mon regard.

Mort invisible, cachée dans la blancheur de l'hiver chez Florian Ruiz.
Le photographe fait pulser les paysages de Fukushima au rythme du compteur Geiger et nomme ses clichés d'après la radioactivité mesurée dans cette nature faussement paisible.
0,484Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian Ruiz
0,484Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian ruiz

0,537Bq - Florian ruiz -The white contamination © Florian Ruiz
0,537Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian Ruiz

Mort au combien visible, avec un visage.
Alexander Vasukovich a photographié des combattants du Donbass.
Plus d'un an après, il écrit la chronique ordinaire d'une guerre oubliée avec les mêmes photos souvenirs et une vue aérienne d'un lieu  : la vie, la mort et le lieu de la fin.
Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Mort en puissance, tapie dans les munitions des Smith & Wesson, Colt et autres Ruger.
L'âge de l'innocence de Laurent Badessi est la chronique d'une Amérique née dans la violence et toujours malade d'une fascination morbide des armes à feu.
Laurent Elie Badessi - Age of innocence
Laurent Elie Badessi - Age of innocence

Laurent Elie Badessi - Age of innocence
Laurent Elie Badessi - Age of innocence


samedi 27 janvier 2018

Dernière Chance pour les Paysages français

Non, ce billet n'est pas un ultime avertissement avant le bétonnage massif et définitif de l'Hexagone (déjà bien entamé en certains lieux) !
Par contre, il est l’ultime invitation à visiter l’enthousiasmante exposition de la BNF avant sa fermeture le 4 février.

En me rendant sur le site François Mitterrand, je pensais simplement découvrir les clichés de la mission photographique de la DATAR, commandés en 1984 à 29 photographes, dont Raymond Depardon, Robert Doisneau ou Josef Koudelka pour ne citer que quelques uns des plus connus.
Pour faire mon pédant, je pensais découvrir le pendant moderne de la mission héliographique de 1851.

Ces clichés de cette fameuse mission de la DATAR, je les ai bien vus, dont les étonnants montages d'Albert Giordan, effectués avec les primitifs moyens informatiques de cette époque lointaine (quand l'intelligence n'était pas encore artificielle).
Albert Giordan, Espaces Commerciaux, Midi
Albert Giordan, Espaces Commerciaux, Midi



Les centres commerciaux restent d'ailleurs des endroits bien attirants pour l'Oeil Curieux du photographe que j'ai été (je suis ? Je redeviendrai ?)

EA

L'Oeil Curieux, EA
Centre Commercial Régional Odysseum, Montpellier

La poursuite de la déambulation dans les allées des Galeries 1 et 2 offre non seulement une riche vision des paysages français à travers diverses missions photographiques, mais aussi une roborative découverte du paysage des pratiques photographiques relatives …. au paysage.

Paysage d'intérieur, la photocopieuse de Julien Benard, lieu de passage et de rencontre, et son utilisatrice qui semble échappée d'un tableau de Hopper.
Julien Benard, Série "La Photocopieuse"
Julien Benard, Série "La Photocopieuse"

Julien Benard, Série "La Photocopieuse"
Julien Benard, Série "La Photocopieuse"

Paysage mondialisé, avec le Paris de Fréderic Delangle, repeint aux couleurs de l'Inde, photographies grises de notre terne occident rehaussées des couleurs chatoyantes de Bollywood.
Frédéric Delangle, Paris Delhi
Frédéric Delangle, Paris Delhi



Paysage virtuel, avec Thibault Brunet, successeur numérique de Bernd et Hilla Becher, qui catalogue les bâtiments trouvés sur Google Earth.
Thibault Brunet, Typologie du Virtuel
Thibault Brunet, Typologie du Virtuel

De retour de la visite ou pour la préparer, la toile vous offre ses ressources avec la visite de l'exposition virtuelle de la BNF et le site de la Mission Photographique de la DATAR.


- page 1 de 11