L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

En regard

Des rapprochements d'images.

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 17 août 2013

Ecorchés vifs

Une humanité qui se révèle, couche après couche.

Ici, sous le scalpel de Brian Dettmer, récemment découvert à la Halle St Pierre, sorcier qui sculpte les livres.
Brian Dettmer, 20th Century Medica (detail), 2012 - Image Courtesy of the Artist and Toomey Tourell Fine Art
Brian Dettmer, 20th Century Medica (detail), 2012
Image Courtesy of the Artist and Toomey Tourell Fine Art

Là, par l'arrachage des affiches, heureux hasard capturé un été dans le Parc de la Villette, humanité écorchée à laquelle j'ai repensé devant l’œuvre de Dettmer.

Humanité Reconstruite I / Rebuilt Mankind I

"Humanité Reconstruite I", 2012 par Le Photo Flaneur

vendredi 2 mars 2012

En pensant à Mondrian.

Il est un peintre qui occupe visiblement l'inconscient des photographes : le géomètre chromatique Piet Mondrian.
Son esprit peut être invoqué indifféremment par le truchement de lignes droites, de surfaces ou bien de couleurs.

Ainsi, German Lorca, photographe brésilien découvert dans la remarquable exposition de la MEP « Éloge du vertige, Photographies de la collection Itaú, Brésil », rend un hommage sans couleurs, mais non sans justesse, aux carrés et rectangles du maître de l'abstraction.

German Lorca Hommage à Mondrian, 1960
German Lorca
Hommage à Mondrian, 1960
(Homenaje a Mondrian)

En couleur, mais bien éloigné de la palette primaire du peintre et d'une rigueur géométrique toute relative, le « Travailleur de Mondrian », de Saul Leiter, est un elliptique et subtil hommage, un facétieux « travail en cours » d'une toile de Piet.

saul.leiter.mondrian.jpg
Saul Leiter
Mondrian Worker, 1954

Il parait alors inévitable qu'un jour, Mondrian s'invite dans mes photographies.

Naturellement, une première fois, avec de beaux bleus, quelques strictes lignes droites et d’orthodoxes angles droits.

Hommage à Mondrian / Tribute To Mondrian

Le Photo Flaneur
Hommage à Mondrian, 2010

Plus singulièrement, une seconde fois, en imaginant l'artiste s'éveillant, angoissé, devant une géométrie monochrome.

Cauchemar de Mondrian / Mondrian's Nightmare

Le Photo Flaneur
Cauchemar de Mondrian, 2011

La dernière fois, le peintre, enfin ses œuvres, s'exposait à Beaubourg, avec son Rouge, son Bleu et son Jaune qui coloraient la façade du bâtiment.

Mondrian à Beaubourg / Mondrian in Beaubourg

Le Photo Flaneur
Mondrian à Beaubourg, 2011

mardi 21 février 2012

Toit, toi mon Toit

Pour Niepce, le soleil avait éclairé le mur de droite, puis le mur de gauche, profitant des 8 heures de pose pour effectuer son parcours céleste journalier.
Pour moi, le soleil a simplement dessiné les ombres des toits de Paris, vus à travers un rideau masquant une baie du Centre Pompidou.

Pour Niepce, le bitume de Judée a capturé la lumière, créant cette image un peu charbonneuse.
Pour moi, le capteur électronique a converti les photons, créant cette image un peu grainée.

Pour Niepce, il s'agissait de sa "première expérience réussie de fixation permanente d'une image de la nature".

Pour moi, une image un peu fantomatique, une vision furtive.

Nicéphore Niepce, Point de vue du Gras (1826 ou 1827)
Nicéphore Niepce, Point de vue du Gras, 1826

Toits de Paris / Paris Rooftops

Toits de Paris, 2012, Le Photo Flaneur

- page 1 de 2