L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Centre Pompidou

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 26 février 2017

Pour l'envie de relire

Mektoub.
Plus qu'écrit, il était certainement dessiné que l'année 2017 commencerait, pour la BD, sous l'égide de Franquin.

Il y eut d'abord le Hors Série de Fluide Glacial, édité pour célébrer les 40 ans du chef d'oeuvre absolu de Franquin, les « Idées Noires ».

Fluide Glacial HS Idées Noires Série Or N°77 22 décembre 2016

Une bonne occasion pour ressortir les 2 tomes de ma Bédéthèque et déguster ces planches à l'humour délicieusement acide.
Quand il se déchaîne sur ses bêtes noires, comme les militaires et le complexe militaro-industriel, Franquin fait mouche et atteint des sommets.

Franquin - Idées Noires Tome 1



Enfin, en sortant de l’exposition Cy Twombly, il y eut la visite de la petite exposition du Centre Pompidou.
Petite, mais intelligente, l'exposition permet de comprendre l'évolution de Gaston et de Franquin.
Si, finalement, elle présente peu de planches originales, elle offre néanmoins un bel échantillon des aventures du plus célèbre des garçons de bureau avec de nombreuses planches regroupées par thématiques.

Personnellement, sa visite m'aura donné envie de relire les Gaston Lagaffe, qui dormaient au fond de mes étagères.

Franquin Le bureau des gaffes en gros - Volume R2 série "Classique"

Le plaisir est toujours aussi présent à la relecture, et j'enchaîne les volumes avec gourmandise.

L'univers de Gaston, poétique, décalé, écologiste, non violent, nous rappelle aussi que le monde du bureau est aussi un lieu de vie.
Il est même un lieu de gastronomie, enfin d'une certaine gastronomie...

Gaston - Morue aux fraises






dimanche 19 février 2017

J'ai préféré la fin

Cy Twombly, je ne connaissais pas vraiment avant cette visite au Centre Pompidou.
J'ai certainement été attiré par une œuvre, vue au détour du teaser de l'exposition ou dans un article de la presse écrite.

Vide de toute connaissance, tant sur l’œuvre que sur l'artiste, j'ai donc abordé la visite en espérant l'émotion, appelant la rencontre qui réjouirait les yeux et le cœur.

J'ai été déçu en parcourant la plupart des salles.
Non, pas déçu, plutôt décontenancé et indifférent.
Il ne se passait rien entre les tableaux et moi.
Mais au fond de moi, flottait encore le souvenir de cette image qui avait fait naître l'envie et la curiosité pour cet artiste.

Enfin, dans les dernières salles, elles étaient là.
Colorées, libres, les œuvres tardives apparaissent moins cérébrales que les cycles faisant référence aux mythes ou personnages antiques de la culture méditerranéenne.
Cette débauche d'énergie, brute, avec les coulures, me réjouit et les couleurs, crues, lumineuses m’enthousiasment.
J'étais récompensé par ces quelques écritures et fleurs, enfin révélées avant de quitter l’exposition.

Cy Twombly Camino Real II, 2010
Cy Twombly Camino Real II, 2010
© Gagosian Gallery

Cy Twombly Untitled (Bacchus) , 2005
Cy Twombly Untitled (Bacchus) , 2005
© BKP, Berlin. RMN-Grand Palais/Image BSTGS

Cy Twombly Blooming, 2001-2008
Cy Twombly Blooming, 2001-2008
© Cy Twombly Foundation, Courtesy Archives Nicola Del Roscio

Cy Twombly Sans titre (Gaète) , 2007
Cy Twombly Sans titre (Gaète) , 2007
© BKP, Berlin. RMN-Grand Palais/Image BSTGS

Et je conserve le souvenir enchanté de cette surface, aquatique et pâle, écho fantomatique aux nymphéas de Monet.

Cy Twombly Sans titre (A Gathering of Time), 2003
Cy Twombly Sans titre (A Gathering of Time), 2003
© BKP, Berlin. RMN-Grand Palais/Image BSTGS




samedi 23 avril 2016

Une bonne soirée avec Gérard et des ami(e)s

J’imagine qu'une conjonction astrale particulièrement favorable était en place dans l’univers, ce jeudi 21 avril vers 19:00, heure de Paris.
Sinon comment expliquer la quasi-perfection de cette visite vespérale au Centre Pompidou ?

La découverte de Gérard Fromanger a été une délicieuse révélation.
Bastille réseaux  (Série Bastilles-Dérives) 2007 © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Gérard Fromanger
Bastille réseaux (Série Bastilles-Dérives) 2007
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Gérard Fromanger

Un peintre qui réfléchit sur son art et l'interroge.
Mon tableau part en fumée  (Le tableau en question) 1966 © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Gérard Fromanger
Mon tableau part en fumée (Le tableau en question) 1966
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Gérard Fromanger

Mon tableau s’égoutte  (Le tableau en question) 1966 © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Gérard Fromanger
Mon tableau s’égoutte (Le tableau en question) 1966
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Gérard Fromanger

Un peintre engagé, dont les œuvres, quelque peu cousines du Pop Art, s’inscrivent dans l'époque.
La fin des années 60 est perturbée à travers le monde, Mai 68 à Paris et d'autres révoltes étudiantes ailleurs, guerre du Vietnam.

Le fond de l'air était rouge à cette époque, et rouge le sang qui souillait les drapeaux.
Le Rouge 1968  Sérigraphie sur bristol 320 g  60 x 89 cm  (Drapeau des Etats-Unis) © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Gérard Fromanger
Le Rouge 1968 (Drapeau des Etats-Unis)
© Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Gérard Fromanger

Rouge aussi le sang de Pierre Overney, tué le 25 février 1972 par un vigile de Renault, lors d'une manifestation de la Gauche Prolétarienne (GP) à la sortie de l'usine de Billancourt, et rouge le fantôme du jeune militant.
La mort de Pierre Overney
La mort de Pierre Overney

J'aime particulièrement sa vie d'artiste, séduisante réflexion et mise en abyme.
Gérard Fromanger, La Vie d’artiste, 1975-1977 © Slash-Paris, 2016
Gérard Fromanger, La Vie d’artiste, 1975-1977 © Slash-Paris, 2016

Une photographie, prise à l’occasion d'une mutinerie de prisonniers, fournit la matière première.
Le sujet politique est présent.
La palette chromatique aussi, avec les mutins perchés sur le toit.
Le tableau représente l’artiste travaillant sur un tableau.
Mais ce n'est pas non plus une représentation naturaliste de l’artiste, de son travail et de son atelier, puisque des lignes de couleur traversent l'espace et enlacent le peintre.



Pour continuer, dans les vastes salles du 4e étage, j'ai picoré les dons des ami(e)s du Musée national d’art moderne.
Adel Abdessemed (1971 - )  Je suis innocent 2012 © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adel Abdessemed / Adagp, Paris
Adel Abdessemed (1971 - ) Je suis innocent 2012
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adel Abdessemed / Adagp, Paris

Il était magique de rester immobile devant le Ciel Dorique de Sean Scully, et d'y noyer son regard durant de longues minutes, sans personne pour troubler votre sublime noyade.
Sean Scully (1945 - )  Doric Sky 2011 © Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris
Sean Scully (1945 - ) Doric Sky 2011
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adagp, Paris

Quelle allégresse de pouvoir découvrir la cinquantaine de projets du jeune architecte japonais, Jun'ya Ishigami, en prenant tout son temps pour savourer les délicates maquettes, comme autant de propositions poétiques pour habiter autrement le monde.
Arc-en-Rêve Centre d’Architecture, Galerie d’Exposition, Bordeaux, Exposition « Petit? Grand? L’Espace Infini de l’Architecture – Junya Ishigami » © Rodolphe Escher
« Petit? Grand? L’Espace Infini de l’Architecture – Junya Ishigami »
Arc-en-Rêve Centre d’Architecture, Galerie d’Exposition, Bordeaux
© Rodolphe Escher





- page 1 de 5