L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 26 février 2017

Pour l'envie de relire

Mektoub.
Plus qu'écrit, il était certainement dessiné que l'année 2017 commencerait, pour la BD, sous l'égide de Franquin.

Il y eut d'abord le Hors Série de Fluide Glacial, édité pour célébrer les 40 ans du chef d'oeuvre absolu de Franquin, les « Idées Noires ».

Fluide Glacial HS Idées Noires Série Or N°77 22 décembre 2016

Une bonne occasion pour ressortir les 2 tomes de ma Bédéthèque et déguster ces planches à l'humour délicieusement acide.
Quand il se déchaîne sur ses bêtes noires, comme les militaires et le complexe militaro-industriel, Franquin fait mouche et atteint des sommets.

Franquin - Idées Noires Tome 1



Enfin, en sortant de l’exposition Cy Twombly, il y eut la visite de la petite exposition du Centre Pompidou.
Petite, mais intelligente, l'exposition permet de comprendre l'évolution de Gaston et de Franquin.
Si, finalement, elle présente peu de planches originales, elle offre néanmoins un bel échantillon des aventures du plus célèbre des garçons de bureau avec de nombreuses planches regroupées par thématiques.

Personnellement, sa visite m'aura donné envie de relire les Gaston Lagaffe, qui dormaient au fond de mes étagères.

Franquin Le bureau des gaffes en gros - Volume R2 série "Classique"

Le plaisir est toujours aussi présent à la relecture, et j'enchaîne les volumes avec gourmandise.

L'univers de Gaston, poétique, décalé, écologiste, non violent, nous rappelle aussi que le monde du bureau est aussi un lieu de vie.
Il est même un lieu de gastronomie, enfin d'une certaine gastronomie...

Gaston - Morue aux fraises






dimanche 12 février 2017

Triste début de jeûne pour le gourmet solitaire

Je n'ai pas le goût des rubriques nécrologiques.
Et le décès de Jirô Taniguchi ne me fera pas changer.

Son départ est juste l’occasion pour proposer de le retrouver à travers un film et une émission de radio.




Ensuite, puisque j'écris ce billet alors que l'heure du repas approche, je relirai son Gourmet Solitaire.

Jirô Taniguchi, Le gourmet Solitaire, Casterman

Comme toujours, sa lecture me donnera envie de manger japonais.

Le hasard faisant, parfois, bien les choses, j'avais prévu du porc mariné dans une sauce Teriyaki pour le déjeuner dominical, avant d'apprendre le décès du maître de Tottori.

Jiro Taniguchi sera donc un peu présent à table, avec moi ce midi.
Et ses livres seront toujours là, dans ma bibliothèque, à attendre d'être relus.

mercredi 11 novembre 2015

Mes souvenirs étaient plus beaux

Durant leurs années d'école maternelle, mes deux garçons, Matthieu et Aubin, étaient abonnés à L’École des Loisirs.
Chaque mois de l'année scolaire, un nouveau livre arrivait à la maison.

J'étais, et je le suis encore, ravi par la diversité des graphismes et la qualité des récits, tendres ou loufoques, classiques ou originaux.

Je leur ai lu et relu les histoires, avant qu'ils n'aillent se coucher.
J'imagine que le goût de la lecture leur est venu avec ses moments de partage et avec les ouvrages qui peuplaient, petit à petit, leur première bibliothèque.

Comme père, je conserve une tendresse particulière pour les pages dessinées par Alain le Saux.
"La boite des papas" Alain Le Saux
"La boite des papas"
Alain Le Saux

Papa et héros de livres, quel aboutissement !

Parmi les héros de papier, Blaise, le mystérieux poussin masqué, emportait les enfants dans l'univers poétique de Claude Ponti, avec ses textes à la prose inventive.
Blaise © Claude Ponti
Blaise
© Claude Ponti

"Blaise et la tempêteuse bouchée" Claude Ponti
"Blaise et la tempêteuse bouchée"
Claude Ponti

Mais le préféré, pour moi, et, je pense, aussi pour les garçons, était Zigomar, le merle.
"L'afrique de Zigomar" © Philippe Corentin
"L'afrique de Zigomar"
© Philippe Corentin

"Patatras" © Philippe Corentin
"Patatras"
© Philippe Corentin

"L'Ogre, le loup, la petite fille et le gateau" Philippe Corentin
"L'Ogre, le loup, la petite fille et le gateau"
Philippe Corentin

Héros loufoque de Philippe Corentin, qui aime aussi les loups, pas très menaçants, Zigomar nous a fait rire de bon cœur avec son aventure aux pays des légumes.
"Zigomar n'aime pas les légumes" Philippe Corentin
"Zigomar n'aime pas les légumes"
Philippe Corentin

Et résonne encore à nos oreilles, la réponse de Zigomar à un poireau qui l’interrogeait sur la consommation de ses semblables :
« Jamais Monsieur le poireau, c'est trop pouah ! ».

Alors, j'ai été déçu par ma visite de l'exposition sur l’École des Loisirs.
Pas assez de dessins originaux, une place trop importante prise par des installations mettant en scène les personnages de la maison d'édition.

Les enfants ont grandi et n'étaient pas à mes cotés pour écouter mes histoires durant la visite.
Je n'avais pas non plus les yeux d'un enfant, lecteur d'aujourd'hui de l’École des Loisirs, pour apprécier de rencontrer mes héros "pour de vrai".

Finalement, je n'étais simplement pas à ma place dans cette exposition.


- page 1 de 5