L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 11 mai 2018

Des monts émerveillent

De retour du Mont Saint-Michel, devinez ce que je ramène à mes trop rares, mais très fidèles lectrices et lecteurs ?

Non, ce n'est pas une omelette de la Mère Poulard.
Non, ce n'est pas non plus une superbe boule de neige Archange et écusson.

Vous souvenez-vous de François Jouas Poutrel, le gardien de phare qui peignait des phares à la manière d'autres artistes-peintres ?

Il est maintenant en retraite, mais il a ressorti les pinceaux pour s’attaquer à un monument : le Mont Saint-Michel.
En une soixantaine d'oeuvres, le serial painter pioche dans l'histoire de la peinture d'abord, mais aussi de la sculpture et de la bande dessinée.
François Jouas-Poutrel - A la manière de Derain
François Jouas-Poutrel - A la manière de Derain

François Jouas-Poutrel - A la manière de Magritte
François Jouas-Poutrel - A la manière de Magritte

Il s'attaque même avec audace à la littérature avec un « à la manière de Victor Hugo » !

Cerise sur le gâteau, ou archange sur la flèche comme on dit dans la région, le peintre a rédigé un texte, souvent plein d'humour, pour accompagner chacun de ses tableaux.
Ce peut être une anecdote personnelle, le pourquoi du choix de l'artiste, voire des détails sur la technique nécessaire à l'hommage et c'est toujours un petit plaisir gourmand.
François Jouas-Poutrel - A la manière de Calder
François Jouas-Poutrel - A la manière de Calder

François Jouas-Poutrel - A la manière de Rothko
François Jouas-Poutrel - A la manière de Rothko

De retour d'une nuit sur le Mont, chauve de ses nombreux touristes diurnes, le redécouvrir à la manière d’eux m’a fait pétiller le regard.
François Jouas-Poutrel - A la manière de Matisse
François Jouas-Poutrel - A la manière de Matisse


samedi 17 mars 2018

Vous reprendrez bien un peu de couleur ?

Alors que le ciel de mars floconne dans un ultime (?) hoquet hivernal, je vous propose de faire le plein de couleurs.

Il suffit d'aller à la Cité de la Céramique pour revenir avec un bel arc en ciel dans les yeux et dans la tête.
Dans une exposition un peu fourre tout, mais ô combien réjouissante, je me suis gorgé de couleurs, en céramique, mais aussi en peinture, en tissus (avec les œuvres d'art en carré Hermes) et en meubles.
Alors, regardons, ce que j'ai ramené dans ma musette et sur ma palette.

Un bleu profond pour nuit blanche,
Georges Jeanclos Le Dormeur
Georges Jeanclos Le Dormeur
© RMN-Grand Palais (Sèvres, Cité de la céramique) / Martine Beck-Coppola

Du bleu pour conserver les rêves poudreux,
Le Coppe della filosofia, Michele De Lucchi. Porcelaine de Sèvres, Bleu, or et laiton doré. © Alessandro Digaetano
Le Coppe della filosofia, Michele De Lucchi.
© Alessandro Digaetano

Un astucieux vase pour bouquets modulaires,
Arman Interactive Tryptique Vase
Arman Interactive Tryptique Vase

Du vert pour le thé... noir du matin,
Ettore Sottsass Théière Basilico
Ettore Sottsass Théière Basilico
© Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adagp, Paris

un  « Le Corbusier » de rangement,
Doshi Levien Le Cabinet
Doshi Levien Le Cabinet

Les gris reposants d'une nature morte bien en formes,
Kristin Mckirdy  Nature Morte
Kristin Mckirdy Nature Morte

un rien fendu d'un tout bien millimétré,
Aurelie Nemours Rythme du millimètre SBW Aurelie Nemours Rythme du millimètre SBW
© Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
© Adagp, Paris

un cube d'or à dissoudre pour un luxueux bouillon,
Wim Borst Cube Series 13 Wim Borst Cube Series 13

un paysage sans fin pour une très, très longue promenade,
Jean Girel Les saisons et les heures
Jean Girel Les saisons et les heures

Et quelques grammes de terre pour peindre notre planète.
Herman de Vries from earth: seychelles
Herman de Vries from earth: seychelles



dimanche 18 février 2018

L'Oeil est moderne

Oui, l'Oeil Curieux est moderne quand il rédige ses billets sur son Mac, des billets lardés de liens hypertextes vers les sites des musées, des expositions et autres ressources de la toile.

Non, l'Oeil Curieux n'est pas moderne quand il ne photographie ni les œuvres, ni les cartels avec son smartphone dernier cri, préférant noter dans son petit bloc Rhodia n°11 (format 7.4 x 10.5 cm) le nom de l'artiste et de l'oeuvre, qui alimenteront peut être le billet du jour.

Mais oui, l'Oeil Curieux est moderne puisqu'il revient de la Fondation Louis Vuitton et qu'il a savouré « Être moderne : Le MOMA à Paris ».

Le MOMA est à Paris, le MOMA est dans mon petit bloc Rhodia, et en le feuilletant, je vais partager un petit peu du MOMA sur mon blog.
Huit peintures ou affiches parmi les 200 pièces proposées, c'est un tout petit peu, quelques lignes parmi celles griffonnées sur les carreaux 5x5 de trois pages, un choix devant le clavier parmi le choix déjà exercé durant la visite.

En écrivant mon texte, alors que je regarde les images déjà présentes dans le billet, je trouve des liens auxquels je n'ai pas songé quand j'étais dans l'émotion de la découverte.

Félix Fénéon était un marchand d'art et ami de Signac, mais avec l'effet hypnotique des couleurs et des formes, il semble être un magicien faisant surgir une fleur dans sa main.
Paul Signac Opus 217. Against the Enamel of a Background Rhythmic with Beats and Angles, Tones, and Tints, Portrait of M. Félix Fénéon in 1890 1890 © 2018 Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
Paul Signac Opus 217. Against the Enamel of a Background Rhythmic with Beats and Angles, Tones, and Tints, Portrait of M. Félix Fénéon in 1890 1890
© 2018 Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris

Avec Boccioni et son triptyque « State of Mind », nous sommes plongés dans le bruit et la fureur d'une gare, avec la locomotive qui crache sa vapeur et enveloppe les passagers pressés.
Umberto Boccioni States of Mind I: The Farewells 1911
Umberto Boccioni States of Mind I: The Farewells 1911

Comme je n'avais pas écrit de billet sur l'exposition « Mondrian / De Stijl » du Centre Pompidou en 2011, je glisse une composition en Blanc, Noir et Rouge.
Comme pour beaucoup de photographes, Mondrian vient naturellement à mon esprit quand des lignes droites et des couleurs apparaissent dans le viseur.
Piet Mondrian Composition in White, Black, and Red Paris 1936
Piet Mondrian Composition in White, Black, and Red Paris 1936

Rarement grossesse a été aussi sublime que dans l'Espoir de Klimt.
La richesse du tissu qui enveloppe la femme, les courbes pleines de sa poitrine dénudée, sa tête qui se penche sur son ventre rebondi et l'écho des trois autres femmes dans une attitude identique, tout participe à une image infiniment émouvante et paisible.
Gustav Klimt Hope, II 1907-08
Gustav Klimt Hope, II 1907-08

Comme en réponse à Klimt, une silhouette de femme protège son enfant dans l'affiche réclamant l'évacuation de Madrid.
Le travail d'Antonio Cañavate Gómez est remarquable dans la géométrie, le rythme ternaire et l'économie de couleurs, propre aux affichistes de l'époque.
Antonio Cañavate Gómez Evacuad Madrid (Evacuate Madrid) 1937
Antonio Cañavate Gómez Evacuad Madrid (Evacuate Madrid) 1937

Newman répond quelque part à Mondrian, mais la ligne devient colorée et unique, fendant la surface monochrome du tableau.
Barnett Newman Onement III 1949 © 2018 Barnett Newman Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York
Barnett Newman Onement III 1949
© 2018 Barnett Newman Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York

Comme pour marquer la fin d'un voyage, il se trouve que j'ai choisi deux cartes, revisitées par Jasper Johns et Juan Downey.

Les USA de Johns sont à la fois reconnaissables et méconnaissables.

Cette carte nous est indubitablement connue, ainsi que la découpe des états, et pourtant il nous faut à nouveau la scruter pour la découvrir au-delà des débordements de couleurs et de l’effacement des légendes.
Jasper Johns Map 1961© 2018 Jasper Johns / Licensed by VAGA, New York
Jasper Johns Map 1961
© 2018 Jasper Johns / Licensed by VAGA, New York

Quant à l’Amérique Latine de Juan Downey, elle devient un seul et même continent, sans états ni frontières, uni dans un tourbillon de couleurs.
Juan Downey Map of America 1975 © 2018 Juan Downey / Artists Rights Society (ARS), New York
Juan Downey Map of America 1975
© 2018 Juan Downey / Artists Rights Society (ARS), New York

Cerise musicale sur le gâteau graphique de ce MOMA à Paris, au dernier étage de l'exposition, je ne doute pas que vous serez émus jusqu'aux larmes en vous immergeant dans l'installation de Janet Cardiff pour le Motet à quarante voix.


Chacune des voix est restituée par un haut-parleur, et le visiteur peut ainsi écouter un chanteur, basse, baryton, alto, ténor ou enfant soprano au plus proche de la voix ou s'éloigner pour apprécier l'ensemble choral.
Pure magie que cette déambulation à choeur ouvert.




- page 1 de 14