L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 février 2018

L'Oeil est moderne

Oui, l'Oeil Curieux est moderne quand il rédige ses billets sur son Mac, des billets lardés de liens hypertextes vers les sites des musées, des expositions et autres ressources de la toile.

Non, l'Oeil Curieux n'est pas moderne quand il ne photographie ni les œuvres, ni les cartels avec son smartphone dernier cri, préférant noter dans son petit bloc Rhodia n°11 (format 7.4 x 10.5 cm) le nom de l'artiste et de l'oeuvre, qui alimenteront peut être le billet du jour.

Mais oui, l'Oeil Curieux est moderne puisqu'il revient de la Fondation Louis Vuitton et qu'il a savouré « Être moderne : Le MOMA à Paris ».

Le MOMA est à Paris, le MOMA est dans mon petit bloc Rhodia, et en le feuilletant, je vais partager un petit peu du MOMA sur mon blog.
Huit peintures ou affiches parmi les 200 pièces proposées, c'est un tout petit peu, quelques lignes parmi celles griffonnées sur les carreaux 5x5 de trois pages, un choix devant le clavier parmi le choix déjà exercé durant la visite.

En écrivant mon texte, alors que je regarde les images déjà présentes dans le billet, je trouve des liens auxquels je n'ai pas songé quand j'étais dans l'émotion de la découverte.

Félix Fénéon était un marchand d'art et ami de Signac, mais avec l'effet hypnotique des couleurs et des formes, il semble être un magicien faisant surgir une fleur dans sa main.
Paul Signac Opus 217. Against the Enamel of a Background Rhythmic with Beats and Angles, Tones, and Tints, Portrait of M. Félix Fénéon in 1890 1890 © 2018 Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris
Paul Signac Opus 217. Against the Enamel of a Background Rhythmic with Beats and Angles, Tones, and Tints, Portrait of M. Félix Fénéon in 1890 1890
© 2018 Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris

Avec Boccioni et son triptyque « State of Mind », nous sommes plongés dans le bruit et la fureur d'une gare, avec la locomotive qui crache sa vapeur et enveloppe les passagers pressés.
Umberto Boccioni States of Mind I: The Farewells 1911
Umberto Boccioni States of Mind I: The Farewells 1911

Comme je n'avais pas écrit de billet sur l'exposition « Mondrian / De Stijl » du Centre Pompidou en 2011, je glisse une composition en Blanc, Noir et Rouge.
Comme pour beaucoup de photographes, Mondrian vient naturellement à mon esprit quand des lignes droites et des couleurs apparaissent dans le viseur.
Piet Mondrian Composition in White, Black, and Red Paris 1936
Piet Mondrian Composition in White, Black, and Red Paris 1936

Rarement grossesse a été aussi sublime que dans l'Espoir de Klimt.
La richesse du tissu qui enveloppe la femme, les courbes pleines de sa poitrine dénudée, sa tête qui se penche sur son ventre rebondi et l'écho des trois autres femmes dans une attitude identique, tout participe à une image infiniment émouvante et paisible.
Gustav Klimt Hope, II 1907-08
Gustav Klimt Hope, II 1907-08

Comme en réponse à Klimt, une silhouette de femme protège son enfant dans l'affiche réclamant l'évacuation de Madrid.
Le travail d'Antonio Cañavate Gómez est remarquable dans la géométrie, le rythme ternaire et l'économie de couleurs, propre aux affichistes de l'époque.
Antonio Cañavate Gómez Evacuad Madrid (Evacuate Madrid) 1937
Antonio Cañavate Gómez Evacuad Madrid (Evacuate Madrid) 1937

Newman répond quelque part à Mondrian, mais la ligne devient colorée et unique, fendant la surface monochrome du tableau.
Barnett Newman Onement III 1949 © 2018 Barnett Newman Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York
Barnett Newman Onement III 1949
© 2018 Barnett Newman Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York

Comme pour marquer la fin d'un voyage, il se trouve que j'ai choisi deux cartes, revisitées par Jasper Johns et Juan Downey.

Les USA de Johns sont à la fois reconnaissables et méconnaissables.

Cette carte nous est indubitablement connue, ainsi que la découpe des états, et pourtant il nous faut à nouveau la scruter pour la découvrir au-delà des débordements de couleurs et de l’effacement des légendes.
Jasper Johns Map 1961© 2018 Jasper Johns / Licensed by VAGA, New York
Jasper Johns Map 1961
© 2018 Jasper Johns / Licensed by VAGA, New York

Quant à l’Amérique Latine de Juan Downey, elle devient un seul et même continent, sans états ni frontières, uni dans un tourbillon de couleurs.
Juan Downey Map of America 1975 © 2018 Juan Downey / Artists Rights Society (ARS), New York
Juan Downey Map of America 1975
© 2018 Juan Downey / Artists Rights Society (ARS), New York

Cerise musicale sur le gâteau graphique de ce MOMA à Paris, au dernier étage de l'exposition, je ne doute pas que vous serez émus jusqu'aux larmes en vous immergeant dans l'installation de Janet Cardiff pour le Motet à quarante voix.


Chacune des voix est restituée par un haut-parleur, et le visiteur peut ainsi écouter un chanteur, basse, baryton, alto, ténor ou enfant soprano au plus proche de la voix ou s'éloigner pour apprécier l'ensemble choral.
Pure magie que cette déambulation à choeur ouvert.




samedi 10 février 2018

Dans la combi de l'Oeil Curieux

Inspiré par l'épopée spatiale de Thomas Pesquet et l'excellente bande dessinée de Marion Montaigne qui narre cette aventure, j'ai enfilé ma combinaison pour vous offrir, en exclusivité, de belles images de notre Terre.
Dans la Combi de Thomas pesquet

Quand j'écris notre Terre, je ne pense pas à la 3e planète de notre système solaire, mais au globe terrestre de Suresnes, évoqué à l'occasion des journées du Patrimoine.
Il a été rénové comme prévu et trône maintenant fièrement dans ses nouvelles couleurs auprès de l'Ecole de plein air.

Terre #2 Terre #3


On notera avec intérêt que la vague de neige qui a balayé la France cette semaine est clairement visible depuis l'espace.

Terre #1



vendredi 9 février 2018

Un petit parfum de mort

J'ai senti comme un petit parfum de mort dans l'Allée Julien Cain.
Les lauréats de la Bourse du Talent 2017 ont déposé un voile de cendres sur mon regard.

Mort invisible, cachée dans la blancheur de l'hiver chez Florian Ruiz.
Le photographe fait pulser les paysages de Fukushima au rythme du compteur Geiger et nomme ses clichés d'après la radioactivité mesurée dans cette nature faussement paisible.
0,484Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian Ruiz
0,484Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian ruiz

0,537Bq - Florian ruiz -The white contamination © Florian Ruiz
0,537Bq - Florian Ruiz -The white contamination © Florian Ruiz

Mort au combien visible, avec un visage.
Alexander Vasukovich a photographié des combattants du Donbass.
Plus d'un an après, il écrit la chronique ordinaire d'une guerre oubliée avec les mêmes photos souvenirs et une vue aérienne d'un lieu  : la vie, la mort et le lieu de la fin.
Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Alexander Vasukovich - Commemorative photo
Alexander Vasukovich - Commemorative photo

Mort en puissance, tapie dans les munitions des Smith & Wesson, Colt et autres Ruger.
L'âge de l'innocence de Laurent Badessi est la chronique d'une Amérique née dans la violence et toujours malade d'une fascination morbide des armes à feu.
Laurent Elie Badessi - Age of innocence
Laurent Elie Badessi - Age of innocence

Laurent Elie Badessi - Age of innocence
Laurent Elie Badessi - Age of innocence


- page 1 de 109