L'Oeil Curieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 4 novembre 2017

Tous ces visages !

Ils ne vous quittent pas, ils sont toujours dans votre tête.
Pourtant vous avez quitté la Maison Rouge depuis longtemps.

Vous ne vous rappelez plus avoir vu une formidable collection de photographies, avec des images des plus grands photographes du XXe siècle.

Vous revenez d'une terrible déambulation, belle et désespérante.
Tous ces visages, toute cette humanité malmenée, niée, anéantie, vous les portez encore en vous, comme des sanglots étouffés.

Vous aimeriez croire que ce jeune mineur n'est que le souvenir révolu d'un temps ou le travail des enfants était une triste réalité. Et pourtant....
Lewis Hine - Jeune mineur
Lewis Hine - Jeune mineur

Vous vous interrogez sur le courage et la peur derrière ces regards fixes de résistants, bientôt fusillés par les Allemands. Mais vous ne connaitrez jamais la réponse.
Christian Boltanski - Resistors
Christian Boltanski - Resistors

Vous aimeriez vous aussi comprendre ce qu'il s'est passé à Jérusalem, dans la vieille ville, aux abords de la porte des lions, le 6 octobre 2000, entre 14 heures et 18 h 30.
Antoine d'Agata - Huis clos
Antoine d'Agata - Huis clos

Vous ne pouvez vous empêcher de voir en ce rabbin le temps d'avant la Shoah, d'une Europe qui semble à nouveau pouvoir se détruire dans la haine et la peur de l'autre.
Roman Vishniac - Un Rabbin, Varsovie
Roman Vishniac - Un Rabbin, Varsovie, 1938

Dans un café de Hambourg ou aux U.S.A., la tristesse vous envahit, avec le goût amer d'une bière tiède, la plainte d'un harmonica ou une grande fatigue.
Anders Petersen - Cafe Lehmitz 1967-1970 © Anders Petersen
Anders Petersen - Cafe Lehmitz 1967-1970 © Anders Petersen

Dave Heath, New York City, 1960
Dave Heath, New York City, 1960

Roy Decarava - Pepsi
Roy Decarava - Pepsi, 1964

Même l'étrange sérénité des âmes qui murmurent est incapable de vous apaiser...

Christian Boltanski "animitas"




dimanche 22 octobre 2017

Sous le signe du Noir et Blanc

Raymond Depardon est un peu mon photographe méconnu.
Je ne suis pas certain que son nom sortirait parmi les premiers si j'étais interrogé sur mes photographes favoris.
Pourtant j'avais été enthousiasmé par ses clichés en couleur au Grand Palais, j'ai écrit un petit billet sur son livre « J.O. » durant les J.O. De Londres et dans ma bibliothèque trône avec majesté « La France de Raymond Depardon », imposant souvenir de l'exposition éponyme à la BNF en 2010.

Alors, la visite du samedi, impasse Lebouis, a été l'occasion de belles retrouvailles grâce à un excellent panorama de ses travaux, articulé suivant 4 axe, la terre natale, le voyage, la douleur et l’enfermement.
Si mon choix pour ce billet est restreint au thème du voyage, il ne faut y voir que le reflet d'une humeur vagabonde et légère durant la sélection des images et non un manque d’intérêt pour les autres thèmes, plus austères, voire tristes.

Sur un petit air de charade, les images du jour.

Ma première est picturale à souhait, une sorte de lumière-forte gravée par un artiste qui maîtrise la morsure des photons
Raymond Depardon A group walking across the land of Tigui. Borkou, Chad. 1979. © Raymond Depardon
Raymond Depardon A group walking across the land of Tigui. Borkou, Chad. 1979.
© Raymond Depardon | Magnum Photos

Ma seconde est un polyptyque de reflets comme je les aime
Raymond Depardon Window onto seafront. Alexandria, Egypt. 1995. © Raymond Depardon
Raymond Depardon Window onto seafront. Alexandria, Egypt. 1995.
© Raymond Depardon | Magnum Photos

Ma troisième capture une situation délicieusement décalée
Raymond Depardon White Sand, 1982 © Raymond Depardon / Magnum Photos
Raymond Depardon White Sand, 1982
© Raymond Depardon / Magnum Photos

Ma quatrième est la dérisoire tentative de la couleur qui n'arrive pas à chasser la grisaille de la vie
Raymond Depardon Glasgow, Écosse, 1980 © Raymond Depardon / Magnum Photos
Raymond Depardon Glasgow, Écosse, 1980
© Raymond Depardon / Magnum Photos

Et mon tout est l'oeuvre d'un grand monsieur.

Mais ce n'est pas une révélation, car on ne devient pas membre de Magnum par hasard.


Pour l'Oeil Curieux aux semelles de vent, un quart d'heure suffit pour aller de l'impasse Lebouis au bd Raspail (par la Rue Froidevaux, paradoxal patronyme pour un lieutenant-colonel des sapeurs-pompiers mort lors d’un immense incendie dans une fabrique d’ustensiles de ménage), pour découvrir ce qui s'expose à la Galerie Camera Obscura.

Judicieuse expédition, récompensée avec les oiseaux de Masao Yamamoto, qui tiennent conciliabule ou esquissent un pas de deux dans la lumière brûlée de délicates images.
Masao Yamamoto
Masao Yamamoto

Masao Yamamoto
Masao Yamamoto

Masao Yamamoto
Masao Yamamoto

Masao Yamamoto
Masao Yamamoto


dimanche 1 octobre 2017

Né d'une dispute

Je crois beaucoup aux passeurs et au hasard.
Les passeurs sont celles et ceux, qui un jour, vous donnent l'envie de découvrir une œuvre, un artiste, un lieu.
Le hasard est le grand entremetteur, organisant la rencontre avec le passeur au détour d'une émission de radio ou de télévision, d'une discussion à la machine à café.

Ainsi, mercredi 27 septembre, le hasard, avec son grand pouvoir, a tordu l'univers pour que je tombe sur Arnaud Laporte et sa dispute, sur France culture.
À partir de la 41e minute et quelques secondes de l'émission, le hasard a orchestré avec précision ma découverte du peintre italien Giorgio Morandi.



Fin connaisseur de sa « victime », mon hasard, puisque chaque être humain est chaperonné par son hasard personnel, savait bien que le travail obsessionnel sur les bouteilles d’huile, vases et boîtes peuplant le quotidien de l'artiste me séduirait.
Peinture, aquarelle ou gravure, j'aime l'insistance à vouloir épuiser, sans jamais y réussir, un sujet, qui, in fine, n'est plus que le prétexte à la représentation.
Giorgio Morandi - Natura morta 1960 © DACS, 2017
Giorgio Morandi - Natura morta 1960 © DACS, 2017

GIorgio Morandi - Sans titre Photographie Jean Bernard
Giorgio Morandi - Sans titre Photographie Jean Bernard

Giorgio Morandi, Natura morta con tazzina e caraffa, 1929 © ADAGP 2017 Courtesy Morat-Institut für Kunst und Kunstwissenschaft, Freiburg i. Breisgau Photo: Bernhard Strauss
Giorgio Morandi, Natura morta con tazzina e caraffa, 1929
© ADAGP 2017 Courtesy Morat-Institut für Kunst und Kunstwissenschaft, Freiburg i. Breisgau
Photo: Bernhard Strauss

Giorgio Morandi - Paesaggio, 1957 ©Adagp, Paris, 2017, Collection Privée / Private Collection
Giorgio Morandi - Paesaggio, 1957
©Adagp, Paris, 2017, Collection Privée / Private Collection

Il est vraiment bon prescripteur le hasard de l'Oeil Curieux.

Il connaît aussi bien Paris et mes lieux habituels de visite, car la Galerie Karsten Greve n'est pas très loin de la MEP, ce qui m'a permis un passage par l'hôtel de la rue de Fourcy, avec quelques satisfactions.

Le procédé a beau être bien connu, l'effet en est toujours saisissant et Liu Bolin se fondant dans un dragon mérite le détour.
Liu Bolin - Dragon Series Panel 7 of 9, 2010
Liu Bolin - Dragon Series Panel 7 of 9, 2010

Plus inattendus, les travaux d'Anne et Patrick Poirier interrogent la mémoire, faisant de la photographie le support d'une nouvelle création.

Images de Syrie, teintées à l’aniline, résonnant étrangement dans l'actualité.
Série Villes Mortes, Syrie, 1992 © Anne et Patrick Poirier. Photo Jean-Christophe Lett. Adagp, Paris, 2017
Anne et Patrick Poirier - Série Villes Mortes, Syrie, 1992
© Anne et Patrick Poirier.
Photo Jean-Christophe Lett. Adagp, Paris, 2017

Déjà encombrant tourisme de masse dans les années 70, mais rendu presque amusant par les rehauts de couleurs.
Paysages révolus, 1974, de la série Selinunte © Adagp, Paris / Cnap / photographe : Yves Chenot
Anne et Patrick Poirier - Paysages révolus, 1974, de la série Selinunte
© Adagp, Paris / Cnap / photographe : Yves Chenot

Mémoire encore et toujours avec la série « Dust » de la photographe Russo-suédoise Xenia Nikolskaya et ses belles demeures cairotes toutes empoussiérées d'un passé de splendeur.
Xenia Nikolskaya - Villa Casdagli, Garden City, Cairo, 2010
Xenia Nikolskaya - Villa Casdagli, Garden City, Cairo, 2010





- page 1 de 107